Il était une fois…

Originaire de Suisse, c’est au début du 18ème siècle que la famille Frey s’est installée à Dambach-la-Ville…

joseph-frey_gergel-charles

…avec comme ambition de cultiver la vigne. D’abord contraint à la polyculture comme beaucoup de familles, nos ancêtres ne possédaient que très peu de surfaces viticoles, soit 1,5 hectares sur la commune de Dambach-la-Ville.
Les vignes étaient à cette époque travaillées à l’aide des bêtes de la famille et l’heure de la récolte arrivée, les raisins directement vendus à un négociant après avoir été pressés à la maison.

En 1958, de retour du service militaire, Charles Frey et son frère Jean-Pierre reçurent chacun 0,75 hectares de leur père Joseph et prirent la décision de chacun voler de leur propres ailes.

merian-tour

La famille Frey se consacre au vin

renee-charles

Charles et son épouse Renée firent ainsi le pari de se consacrer entièrement à la vigne, c’est ainsi qu’en 1963 les premières bouteilles virent le jour. Une mise en bouteille de 750L et une de 3000L vinrent récompenser leurs efforts avant de voir grandir l’exploitation petit à petit. En 1968 une première petite cave est construite, puis une seconde en 1974 capable d’accueillir la récolte des 4 hectares du domaine à cette époque. Un caveau de dégustation est également construit dans l’ancienne écurie pour y accueillir les visiteurs venus découvrir Dambach-la-Ville. En 1984, Charles peut désormais compter sur son fils Dominique, arrivé tout droit de l’école de viticulture alsacienne. Père et fils vont alors cultiver la vigne de façon conventionnelle, comme il l’est enseigné à l’école. Du temps et des bouteilles se sont écoulés mais Dominique ne se satisfait pas totalement des vins produits et va se mettre à chercher des techniques alternatives.

Epaulé par son épouse Nathalie, il décide alors de donner un nouvel élan et change radicalement ses techniques de travail. En 1997, après plusieurs années de recherches et convaincus par des vins naturellement bons, Dominique convertit la totalité de l’exploitation en agriculture biodynamique, devenant par la même occasion un des pionniers en Alsace. La viticulture biologique n’avait pas le succès qu’on lui connait aujourd’hui et rendit Charles septique vis-à-vis de ses pratiques, sans doute par peur de voir s’écrouler tant d’années de sacrifices. Les débuts ont été difficiles, le regard des autres a même amené Charles à aller cueillir des orties la nuit, sans que personne ne puisse le voir, dans le but d’en faire des tisanes de traitement le lendemain matin. Charles n’était peut-être pas encore convaincu que cela fonctionnerait mais il était important de respecter les convictions de son fils et laisser le temps lui donner raison.

mariage-vigne-2

La nouvelle génération

pre-7t0a5033-modifier

Peu de temps après, en 2003, c’est au tour de la 3ème génération et du premier fils Julien de faire son apparition suite à des études en viticulture/oenologie. Les méthodes de travails ont évolués petit à petit dans le but de produire toujours mieux mais les fondamentaux restent les mêmes. Ce sont à cette époque 3 générations qui travaillent ensemble avec beaucoup de passion et Julien, comme son père dans le passé, contribue à l’évolution du domaine avec des idées nouvelles.
C’est en 2010 que la décision de construire un nouveau chai fut prise, celle-ci représentant à nouveau une grande étape. Un grand défi a été réalisé : celui de construire un chai bioclimatique, hors sol, entièrement en bois massif, sans climatisation et uniquement avec des matériaux naturels. Mais ce chai n’est pas né du jour au lendemain, il aura fallu de longs mois de recherches pour trouver les meilleurs réponses aux problématiques que peuvent poser un tel développement. Après presque 2 ans de construction, le premier millésime (2011) peut être réceptionné dans les conditions optimales. Les vins sont donc désormais élevés dans un chai bioclimatique hors sol. Naturel, chaleureux et fonctionnel, il transmet encore un peu plus notre vision du vin et de la viticulture. Mais rassurez-vous, le chai situé dans le centre du village garde toute son importance. L’œnothèque y conserve discrètement les plus grands vins du domaine dans le but de déguster leurs évolutions, année après année, et certainement sous l’œil avisé de la génération future.

Avec désormais 14 hectares de vignes en propriété, un important chemin a été parcouru depuis la conversion du vignoble en agriculture biologique, la construction d’un nouveau chai et l’histoire continue de s’écrire. Depuis le millésime 2016, un producteur voisin (domaine Mersiol) est venu apporter sa pierre à l’édifice en y incluant ses raisins, également issus des terroirs granitiques dambachois. En effet, cette association est le fruit d’une vision commune du vin, de la viticulture biologique et de l’expression des terroirs. Cette aventure est sans doute loin d’être fini puisque Thiébaud, le dernier fils de Dominique et frère de Julien intègre l’aventure petit à petit, avec comme objectif de poursuivre l’élan commerciale.

julien2-e1495621346834-2